Arrangement

Published on août 2nd, 2015 | by Julie

0

Salvia nemorosa Schwellenburg, un coup de coeur

La Salvia nemorosa Schwellenburg, connue sous le nom de sauge des bois, est une variété que j’ai découverte à l’automne 2012, elle était en fin de floraison et déjà la couleur vive de ses fleurs ainsi que ses drôles d’inflorescences m’ont tout de suite séduit, c’est mon coup de cœur de cet été.

Salvia-nemorosa-Schwellenburg-scene

 

Ce qui m’a séduit également chez cette sauge, et qui me séduit en règle générale dans le monde des plantes, c’est qu’elle ressemble à beaucoup de plantes connues, mais pas à une sauge. Elle m’évoque plus une Astilbe, hybridée avec un Limonium… curieux mélange. Et bien souvent ces plantes fascinantes sont à la fois repoussantes et attirantes. Repoussantes parce que nouvelles, artificielles et par forcément facile d’utilisation dans le jardin, mais attirantes parce que justement elles laissent place à la création et au challenge.

Dans mon sol lourd et humide je l’ai plantée dans le jardin des graminées avec un bon drainage et je dois reconnaître qu’elle m’a beaucoup déçu! Plantée au printemps l’année dernière elle n’a pas poussée mais surtout elle n’a pas arrêté de se faire dévorer par les limaces. Je me suis dis alors « Ah je comprends mieux pourquoi cette variété est restée si confidentielle, elle n’est pas poussante! », et je l’ai oubliée.

Puis, au début de cet été, surprise! La petite plante chétive de l’année dernière s’est transformée en une belle vivace solide, montrant des panaches violets, très très intenses, se mélangeant parfaitement aux feuilles bleutées des Elymus magellanicus ainsi qu’aux épis argentés des Deschampsias.

Et 1 mois après, elle est toujours aussi colorée. Son secret réside sans la structure de son inflorescence. Quand on observe de près les fleurs, on peut voir que les tiges sont violettes mais surtout, qu’elles sont barbelées de petites bractées violettes, qui ne fanent pas comme peuvent le faire les fleurs. Les hampes restent donc colorées plusieurs semaines (voire plusieurs mois) après la fanaison. Ce caractère décoratif est très appréciable et je promet à cette sauge un grand avenir, aussi bien dans les massifs sauvages que dans les mixed-border mais aussi dans les bouquets car l’intensité des fleurs, mêlée à la légèreté des inflorescences est tout simplement bluffant.

 

 

 


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑